Le village blanc de Grazalema

Le village blanc de Grazalema

Tout au long des nombreuses vagues d’invasions qui ont marqué l’histoire de la Péninsule Ibérique : (Carthaginois, en 550 av. J.-C., Romains, en 220 av. J.-C., et Wisigoths, en 419 apr. J.-C.), différentes cultures ont tenté de s’établir dans cette vallée ; le village qui se présente à nous aujourd’hui est cependant le fruit de l’établissement des berbères musulmans originaires des montagnes de l’Afrique du Nord, très similaires à celles qui entourent Grazalema.

Les habitants de ce versant de montagne cultivaient la terre et tiraient profit des plantes autochtones. L’artisanat local perdure de nos jours, transmis de génération en génération : élaboration de tissus de sparte, fromages de chèvre et de brebis, tissus de laine, meubles en liège, savons et produits cosmétiques à base d’huile d’olive, travail du cuir et de la céramique, etc.

Grâce à son emplacement au cœur de la montagne et à la politique de conservation de la culture mise en œuvre, Grazalema est de nos jours l’un des villages blancs les plus connus d’Andalousie. Grazalema, ce sont d’étroites ruelles bordées de bâtisses d’un blanc immaculé, pourvues de portes en bois décorées de broquettes et de grilles en fer protégeant les fenêtres, vestiges de l’époque musulmane qui s’est étendue sur environ 7 siècles.

Grazalema est l’endroit le plus pluvieux d’Espagne.
En effet, il s’agit de la première zone montagneuse placée sur le parcours des vents humides de l’Atlantique lors de leur entrée dans la Péninsule. Une fois passées les terres chaudes et basses du littoral, l’air se refroidit rapidement au fur et à mesure que l’altitude augmente, donnant lieu à la formation de nuages et de précipitations. La saison des pluies s’étend de septembre à avril, caractérisée par des averses abondantes suivies de longues éclaircies lumineuses. L’eau se joint rapidement aux cours des canaux, ruisseaux saisonniers et rivières.




Share